Ecrire un livre pour votre enfant – Chapitre 1

Les premiers mots

Vous venez d’être mère ou père, vous avez un enfant en bas âge, vous êtes enceinte ou rêvez de l’être, vous le serez bientôt ou beaucoup plus tard, cet article peut vous aider.
Alors non, je n’ai pas la prétention de vous aider à devenir parents, d’autres s’en chargeront à ma place. Modestement, je veux juste, ici, vous transmettre mon expérience quant à la création d’un journal qui racontera la vie de votre enfant.

Parce que je l’ai entrepris pour les miens, comme je l’explique dans un autre article, je m’étais promis de partager mon chemin, si celui-ci pouvait vous aider dans le vôtre. Alors, engageons-nous ensemble et voyons de quoi il retourne…

Tout d’abord et sans vouloir vous effrayer, il est important de dire que : le plus dur n’est pas de commencer, mais bien de durer.

Patience …

Comme vous êtes parti sur un chemin très long, autant ne pas courir immédiatement dessus. Enfin, je dis ça et en même temps je sais bien que les premiers jours, les premières semaines après la naissance ou l’adoption d’un enfant, nos vies sont tellement débordées qu’on voudrait tout noter sur un carnet pour raconter plus tard, comment c’était tout ce chambardement. Mais nous n’avons pas toujours non plus le temps pour cela.

Alors oui, pour ceux qui ont de l’énergie et du temps malgré tout, vous pouvez écrire beaucoup. Il n’y a aucune contrainte ni limite, mais il est malgré tout important à mon sens, d’évaluer sur le long terme le nombre de pages que vous produirez.

Rien n’empêche d’écrire le livre d’une vie sur 20 tomes, mais en faire un est déjà bien assez compliqué. Plus que la quantité de lignes à écrire, c’est celles à lire au bout du compte qu’il est important de penser. Se placer en tant que lecteur peut vous aider à ne retenir que l’essentiel dans les souvenirs que vous souhaitez évoquer.

Vous pouvez écrire trois jours de suite que votre enfant ne dort pas la nuit parce qu’il a mal aux dents, mais quand viendra le temps de la correction de vos écrits, vous verrez sans doute qu’une seule évocation, peut-être mieux construite, aura plus d’impact lors de sa lecture.

Donc patience et sauvegarde de vos récits sont les meilleurs conseils pour commencer cette si belle aventure.

La patience, je viens de l’évoquer brièvement, mais la sauvegarde, c’est le nerf de votre entreprise.

Et sauvegarde

Perdre les écrits que vous aurez patiemment construit une nuit d’insomnie ou dans un TGV bondé et du même degré de désolation que la perte de photos de famille après une inondation. Et je sais de quoi je parle !

Dans les deux cas vous vous sentez terriblement tristes de cette perte, mais dans le premier, vos écrits perdus à jamais, vous pouvez en plus vous en vouloir, car des solutions simples permettent d’éviter ces drames.

Au début de mon périple, les ordinateurs n’étaient pas aussi perfectionnés qu’aujourd’hui. Les clés USB n’existaient pas et seules les disquettes pouvaient sauver mon travail.

De nos jours, vous avez de nombreuses possibilités pour disposer de copies de secours sur différents supports. Sur un disque externe ou une clé USB mais aussi sur des espaces de stockage dans le cloud, ou encore plus simplement en s’écrivant un mail. En envoyant à chaque modification un mail dans votre boîte externe, vous pouvez conserver très facilement de nombreuses versions de votre travail. Créez un répertoire dédié dans votre boîte mail et glissez les messages avec la date et/ ou la version du fichier pour faciliter une future recherche.

La prochaine fois

J’évoquerai plus précisément les moyens de maintenir la régularité de vos écrits sur le long terme et les encouragements à vous procurer pour ceux déjà réalisés. En attendant, je vous souhaite un bon courage pour cette belle aventure…

Et pour vous qui êtes ou seriez intéressé par l’écriture de votre biographie ou de celle d’un de vos proches, je vous engage à cliquer sur ma page contact pour une prise de rendez-vous dès que possible.


A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.